un conte de pas tout à fait noël

KODAK Digital Still CameraLe père noël tousse !

Deux petits lutins poétisaient au pied d’un arbre tout blanc de neige. Ils préparaient le discours du Père Noël.
Mais le père Noël était malade , une toux caverneuse qu’on aurait cru sortir du fond de sa poche, le clouait au lit. Heureusement le lit était douillet . Et madame Noël l’avait amoureusement parfumé de cannelle et d’anis . Cela laissait derrière elle un sillon odorant et redondant comme ses belles formes généreuses de pain d’épices. .Elle avait tout d’un matriochka polonaise, et le père Noël abreuvait amoureusement son grand coeur de baisers joufflus .
Les 7 rennes dehors pleuraient misérablement.
Le père Noêl tousse ! Se lamentaient-ils entre eu, s’il est malade qui va apporter les cadeaux à Papautou, papou de papouasie , et à Maharouna de Bambassou? Leîla aurait-elle sa jolie miniature orientale avant le dernier jour de l’année ? Le père Noël tousse ! Le père Noêl tousse ! La nouvelle se propagea sur toute la planète antarctique. Noël va-t-il pouvoir se fêter  sur la terre ? Va-t-on décevoir les enfants ? Pas de noël cette année , le père Noël tousse !

Madame Noël prépara un œuf sur le plat et un bon grog au rhum, au romarin et au miel, fit une petite prière secrète et anticonstitutionnelle au Troll Bourru qui guérit tout, et décida de sourire élégamment à l’adversité.

Les deux petits lutins frappèrent alors à la porte, entrèrent dans la grande chambre du malade, enfoui sous ses couvertures bien chaudes. Ils récitèrent leur poème jusqu’à la fin, un beau discours en vers académiques sur l’utilité des pères noëls en bonne santé . Et le père Noël rit si fort qu’il toussa et toussa et toussa, éructa , expectora et toussa encore jusqu’à ce que toute la toux s’évacue d’un seul coup. Leur air pompeux de préfet intronisant la grande séance de l’académie des maçons francs du lot et garonne avec l’accent du midi le fit rire aux larmes tant et si bien qu’il sauta sur ses pieds ragaillardi, avala son grog , enfila son habit rouge par dessus son pyjama, embrassa sa femme , harnacha ses rennes et dans le froid glacial partit en riant d’un grand rire généreux faire sa tournée de cadeaux.
Non , on n’était plus le 25 décembre. Bon, on était le 27.: deux jours de retard sur le planning. Mais on expliquerait aux enfants que le père Noël malade, il n’y avait pas eu d’intérimaire compétent . Le troll bourru marmonna de satisfaction. Un peu de patience supplémentaire apprendrait un peu plus de la vie aux petits et aux grands, et leur apprendrait aussi que s’ils savaient espérer, tout finit toujours par arriver.

En attendant les mamans avaient fait des gâteaux, acheté des bonbons, les grands pères avaient sorti les vieux jeux de cartes, les papas avaient bricolé à la hâte un cerf volant pour faire voler dans la nuit au jardin , ou un petit bateau en papier pour faire nager dans la baignoire, les mamies avaient allumé les bougies et raconté une histoire.

De retour à la maison le 28 décembre au soir, le père Noël s’alluma une bonne pipe , et toussa un peu à cause de la fumée.
Voilà du travail bien fait ! se dit-il avec satisfaction. Encore mieux que les années précédentes, un peu de changement dans la routine !
Il n’avait pas toussé pendant toute sa tournée grâce aux pastilles au miel et à l’eucalyptus que madame Noël lui avait glissé dans la poche en cas de rechute. Le père Noël aussi avait eu droit à ses bonbons, après tout …

Publicités

Nouvel atelier d’écriture

l’atelier est celui des ateliers d’Athéna dirigés par florence et Jacques deux vieux amis de Montauban. première proposition : un monologue intérieur d’après une image au choix .

 

et voilà

nu bleuLe Nu Bleu -Matisse -Collage –

Le nu Bleu
Michèle Rosenzweig

« Qui es-tu collage bleu de femme ? »

« Je serais celle qui te déçoit, celle jamais parfaite, celle découpée, laminée par les ciseaux de la vie, dont les morceaux , tels un jeu de Tangram, , te racontent la joliesse des femmes, celle que tu n’as pas ou ne crois plus avoir …
Mais , d’où me vient ce mal de tête insupportable ? J’ai la migraine tout à coup, est-ce folie qui s’élabore ou prétexte à ne pas Lui faire l’amour, à ne pas te répondre, ma congénère ? D’où me vient cette pose lascive inconfortable, sans aucun accoudoir ni dossier où reposer mon déséquilibre, mon vertige , mon esquive  ?
Mes trop grosses cuisses , Ma cuisse centrale omniprésente, prépondérante, serait donc Cuisse de Jupiter ou de Vénus callipage, ou cuissopage ? Je prends décidément bien trop de place sur ce papier A4 et que dire sur la sérigraphie originale de Matisse ?
Pour Lui, je m’offre, muse entrelacée de traits blancs sur bleu, découpée à même son ongle, la déchirure savante au petit rebord froufroutant, à peine dentellisée.
Mes seins ? Deux suggestions, redondances doubles, une sphère ballonnesque couplée d’une mamelle pointante délicate et généreuse , se perdant sous l’aisselle blanche d’un bras pigmenté .
Main et pieds liés, étroitement, sous la volupté d’un geste si gracile, et relaxé de ses chaînages de lignes blanches.

Est-ce moi la Pensée ?Est-ce moi Luxe , Calme et Volupté ? Est-ce moi la recroquevillure de la folie qui nous guette à trop vouloir poser pour les peintres abstraits ?
Est-ce moi le résumé , la synthèse, l’ébauche et la Perfection du corps de la Femme Bleue ? Celle qui ose le Vêtir bleu de sa nudité sans pareille …. de la couleur de peau universelle.

23/10/18 Montauban /Albias

printemps des poètes 2018

20180324_143138

Animation de rue piétonne au centre ville de Brive la gaillarde , dont Brassens a si bien chanté le marché !

Autour des amis poètes de la Corrèze et d’ailleurs, en particulier de Montauban, , une journée consacrée à la poésie , sous forme de livres et de lectures publiques. un froid de canard , mais pas la pluie, une chance inouie pour l’état de nos livres !

Des cafés  chauds et des grogs au café sur la place Hyllaire, pour finir en beauté au restaurant avec des farcidures , spécialité corrézienne ….

un livre rare

camisoles de l'espoir camisoles-de-l-espoir.jpg

des poèmes en histoire ou une histoire en poèmes. une histoire
d’amour impossible entre un infirmier psychiatrique et une patiente
d’hopital. tout un univers à deux, en clair-obscur,  avec la maladie en toile de fond . une interrogation sur la déontologie .

un livre à commander à l’éditeur: 15.50€ + frais d’envoi

à

lapattedechat@gmail.com