instant d’attentat

instant d'attentat instant-d-attentat.jpg

PRINTEMPS DES
POETES 

thème / l’insurrection
poétique

voilà mon mot à dire en un cru 2015

Instant
d’attentat

Crotouille, gribouille

Mes mots ont une âme secrète

Ils ne sont pas pestilentiels

Ils exhalent pourtant je les défèque.

Serait-ce un charabia d’Oulipo

Qui les rendent insurrectionnels ?

Vitesses, progrès, sciences illusoires,

Guerres et nouvelles de guerres

Où l’on ne sait plus qui croire,

Criantes misères, modes éphémères, , et marchands de
canons,

Les hommes ne savent plus qui ils sont

Mais  ils usent de pouvoir,

Du messire  poète ils font peu de cas.

Marginal dans son mouroir.

Mais le soleil jamais ne s’assassine , il
prodigue

et si chaque soir il décline, jamais ne se
fatigue 

Libraires qui ne me vendez pas

Éditeurs qui ne me publiez pas

Vous ne tairez pas ma voix d’or et de
brocante

Je revendique cet instant d’attentat,

Je clame mes vers dans des spectacles
interdits

Sur les petites, toutes petites scènes des
paradis

Non,  vous ne tairez pas mes sept vies de
chat

Ma vie est éternelle, en elle je rebondis

Mon chant jamais ne se muselle avec du vert de
gris

Il me faut la nuit froide et le thé chaud

Pour que se réveille ma famine

La reconnaissance miroite son inaccessible
vitrine.

Mots sucrés à ma bouche, miellée des
arpèges,

Je vous revêts dans ma promenade d’ici
bas

Comme une alliance d’arc en ciel

Dans un pays de neige

Et peu importe si ma voix porte ou pas

Je passerai la porte sans fracas

Dans ton cœur, poésie, entends-tu mon branle
bas ?

Avec mon panache je
salue

Mort quotidienne la bravoure qui te tue.

MIchèle Rosenzweig -2015- la sexagénaire envolée

Publicités