Immobile

Immobile Immobile.jpg

NU au miroir -pastels

Immobile

Handicap.

Pas trop longtemps être immobile.

Pas trop longtemps marcher.

Il faudrait marcher cependant, quand même le corps ne le veut
pas, ne le peut pas .Et puis, le jardin à entretenir .Les mauvaises
herbes à enlever, les mauvaises pensées à désherber tout autant
.Les pensées, mobiles, déferlantes, qui passent d’un arbre à
l’autre, les pensées que l’on taille au sécateur.

Besoin d’un jardinier.

Mon voyage ne se peut pas. Adieu, l’ailleurs. Prisonnière
de mon fauteuil devant l’ordinateur. Le monde par écran.
Derrière, des gens, des pays, des douleurs, des plaintes.

Mais je ne me plains pas : j’observe, je regarde, je
contemple.

Dehors, la maison des oiseaux s’est cassée avec la neige,
il faudrait la réparer. Et puis tuteurer le cyprès qui penche. Mais
je laisse là, à l’abandon, toutes les choses que je ne peux
pas faire.

Ce désordre m’exaspère. Désarroi devant mon incapacité. Ma
petite vaisselle quotidienne, celle de mon désarroi, celle de
l’évacuation par le silence.

Les promenades me manquent tant.

Michèle Rosenzweig . « j’en parle à mon chat » proses
poétiques .

Publicités