concerto jaune

concerto jaune concerto-jaune.jpgacrylique sur papier toilé :
« panache »

Concerto jaune   

 « Le jaune est la clarté suprême
de l’amour » (Vincent Van Gogh à Emile Bernard)

 

 

Couleur : jaune.

Abstraction de lumière, de soleil par petites touches sur le
blanc des murs, dans le vert des feuillages, dans la paille
et les bottes de foin. Elle projette sa gaieté dans
l’ondulation des blés mûrs, des colzas sous les ciels chargés
de pluie.

Elle explose dans les tournesols en gros pétales bouffis.

Elle est prémices de printemps dans les jonquilles et les
forsythias, gracile et dodue, méridionale.

Elle est drue, elle est crue, elle est acide dans un citron,
elle est mûre dans un citronnier, elle est gironde comme une femme
pleine.

Elle est pomme reinette et feuillage de peuplier qui bruisse à
l’automne.

Elle est flamme dans la cheminée.

Elle est huile, elle est impressionniste, elle est vie. Elle est
rire, elle est joie, libre et coquine, ironique et acerbe,
malicieuse.

Elle  pétille des airs de limonade, elle fredonne des
refrains de pissenlits, elle glisse sur des peaux de banane. Elle
me comble, piquante et sereine, fondante et croquante. Elle pleut
sur les vitres d’été, sous les parasols pastis. Elle se
pourlèche, égayant les pastels moroses. Elle est le centre de
l’arc en ciel.

Elle est en somme mon envie, mon besoin, ma tentative de
bonheurs.

je suis son chantre et son peintre.

Citronnade. Doux amer est mon acte d’écrire mais hymne
jaune.

Mon grand et gros corps danse son jaune ardent de solitude
pleine. C’est une danse orientale de sable du désert, de
rizière et de mousson à la peau ambrée, une banderole lascive dans
le vent sur des jambes lourdes.

C’est une mayonnaise qui se monte sur ma langue, un jaune
d’œuf qu’on incorpore dans la farine de ma
pâtisserie, c’est un cumin, c’est un safran c’est
une joie de vivre qui se fait goûter derrière les apparences
bleuâtres.

C’est mon plexus solaire qui irradie sa sérénité de moine.
Je danse pour moi seule une louange jaune qui rejoint le soleil en
des rayons de cheveux et de cils, de doigts et de ventre. Aubaine
de mendiante. Extase de la vie plus forte en moi que la mort.

Michèle Rosenzweig- « j’en parle à mon chat » –
proses

Publicités

Une réflexion sur “concerto jaune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s